Maîtres traducteurs - Master Translators
819-569-5945 / 1-877-569-5945 lun.-ven. 8 h 30 à 16 h 30 - Mon. to Fri. 8:30 a.m. to 4:30 p.m.
Outlander-scènes-érotiques

Outlander : des scènes érotiques différentes en anglais et en français

Dans le dernier blogue qui portait sur la série Outlander, nous avons révélé que certaines scènes érotiques avaient été retirées de la traduction par la maison d’édition. L’extrait intégral qui suit porte sur la traduction de passages érotiques et révèle quelques vérités sur les différences culturelles et les façons d’exprimer les ébats dans chacune des langues. Nous espérons que cette analyse partielle pique votre curiosité et éveille votre sensibilité à la traduction sentie.

Scènes érotiques plus « soft » en français

Dans un premier temps, quand on compare les versions originale et traduite du premier volume de la série Outlander, on se rend compte que les scènes érotiques dans la traduction sont souvent plus « soft », comme si on avait voulu ménager les lecteurs francophones. Ce phénomène est en partie dû à l’emploi d’euphémismes pour exprimer des réalités dures ou dégradantes, comme on le voit dans l’exemple suivant :

“Several hands reached to stop me, though, and I found myself pressed against the wall of the corridor, surrounded by bearded Highlanders with whisky on their breath and rape on their minds [1].”

« Plusieurs mains m’attrapèrent en même temps et je me retrouvai plaquée contre le mur, entourée de Highlanders barbus, à l’haleine avinée et aux intentions peu recommandables [2]. »

Dans cet extrait, Claire se promène dans les corridors du château de Leoch pendant le Gathering, un événement traditionnel festif qui regroupe des clans de partout en Écosse, dans le but de retourner à sa chambre. Évidemment, cette célébration est bien arrosée et bien des hommes se retrouvent soûls et en quête d’un « divertissement », autrement dit, d’une femme avec qui s’éclater — il faut souligner que la mentalité entourant le viol était bien différente à l’époque.

En anglais, l’auteure va droit au but et nomme directement les intentions des hommes intoxiqués (rape on their minds). Cependant, en choisissant de traduire par l’euphémisme « intentions peu recommandables », le traducteur laisse au lecteur la tâche de deviner ces intentions, que le contexte suffit à lui révéler. Le choc est moins grand, moins évident, puisqu’on ne nomme pas directement l’intention, mais on peut facilement s’imaginer et notre imagination peut être beaucoup plus prolifique que si l’on est mis devant le fait établi.

Évacuer complètement l’idée de la sexualité

On retrouve le même genre d’euphémisme plus loin dans une scène où Jamie et Claire sont surpris en pleine fornication par des déserteurs anglais, qui tentent de la violer en tenant son mari en joue. Dans cette scène, near-rape [3] est tout simplement traduit par « violence » [4]. Ce choix est intéressant, car il évacue complètement l’idée de sexualité pour ne garder que l’aspect violent, traumatisant de la situation. On y voit clairement cette gêne dans la langue française en ce qui a trait à la sexualité, et cette recherche du bon goût.

D’ailleurs, nous verrons dans les extraits qui suivent que l’euphémisme « faire l’amour » a été utilisé dans la traduction pour rendre des expressions qui peuvent sembler dégradantes en anglais, ou tout simplement trop crues.

“I want to hold you hard to me and kiss you, and never let you go. I want to take you to my bed and use you like a whore, ’til I forget that I exist. And I want to put my head in your lap and weep like a child [5].”

« Et puis j’ai envie de te serrer fort contre moi, de t’embrasser et de ne plus jamais te lâcher. J’ai envie de te faire l’amour comme un fou, jusqu’à oublier que j’existe. Et j’ai envie de poser ma tête sur tes genoux et de pleurer comme un enfant [6]. »

Dans cet extrait, Jamie et Claire ont trouvé refuge chez les MacRannoch après avoir libéré Jamie de la prison de Wentworth, où il était emprisonné injustement et attendait de mourir au bout d’une corde. Leur conversation fait suite à la torture et aux viols répétés que Randall a fait subir à Jamie en prison, et ce dernier est très mal en point, autant sur le plan physique que psychologique.

Il n’est pas difficile de remarquer que, là où l’anglais est cru, vulgaire et dégradant, le français est romantique, imagé et ne donne pas la même impression au lecteur. On comprend bien en anglais, grâce au contraste créé entre les mots du champ lexical de l’amour dans la première phrase et des mots plus vulgaires et dégradants de la deuxième, que Jamie est confus, perdu, en détresse; il n’a plus de repères. Il ne sait plus ce qu’il veut, ne sait plus comment se comporter, car il est vulnérable après ce qu’il a vécu.

Or, en utilisant l’euphémisme « te faire l’amour comme un fou » pour traduire use you like a whore, on reste dans le champ lexical de l’amour et du romantisme et on perd cette idée de contraste, ce qui est plutôt dommage. L’euphémisme « faire l’amour » est aussi employé pour traduire des expressions du registre vulgaire ou familier, des verbes d’action concrets et simples, notamment took each other [7] et bedding ye [8].

Un registre sexuel plus familier et vulgaire en anglais

Le français semble avoir cette tendance à utiliser un registre plus soutenu pour parler de sexualité, là où l’anglais reste dans les registres neutre, familier et vulgaire. On le voit très bien dans l’extrait suivant :

“While my mind might object to being taken on a bare rock next to several sleeping soldiers, my body plainly considered itself the spoils of war and was eager to complete the formalities of surrender[9].”

« Si mon esprit se refusait à forniquer sur un rocher devant un groupe de soldats endormis, mon corps n’y voyait apparemment pas d’objections. À la guerre comme à la guerre[10] ! »

Selon Antidote, le verbe to take dans le sens de to have sexual relations with (someone) appartient au registre familier, tandis que le verbe « forniquer » appartient plutôt au registre soutenu et fait référence à la religion ou à une plaisanterie. Cette différence marquée de registre entre les deux langues fait état du besoin de la langue française d’élever la sexualité, d’en faire un sujet idéalisé, plus spirituel que charnel.

Fanny Houle, traductrice


[1] GABALDON, Diana. Outlander, Seal books, 1991, États-Unis, p. 191.

[2] GABALDON, Diana. Le chardon et le tartan, Libre Expression, 1997, Montréal, p. 181.

[3] GABALDON, Diana. Outlander, Seal books, 1991, États-Unis, p. 362.

[4] GABALDON, Diana. Le chardon et le tartan, Libre Expression, 1997, Montréal, p. 311.

[5] GABALDON, Diana. Outlander, Seal books, 1991, États-Unis, p. 758.

[6] GABALDON, Diana. Le chardon et le tartan, Libre Expression, 1997, Montréal, p. 592.

[7] GABALDON, Diana. Outlander, Seal books, 1991, États-Unis, p. 362.

[8] GABALDON, Diana. Outlander, Seal books, 1991, États-Unis, p. 847.

[9] GABALDON, Diana. Outlander, Seal books, 1991, États-Unis, p. 343.

[10] GABALDON, Diana. Le chardon et le tartan, Libre Expression, 1997, Montréal, p. 296.

Laissez un commentaire